Categories
matériel

Quel est le meilleur éclairage pour rouler à vélo la nuit ?

L’éclairage à vélo est l’élément de sécurité numéro un pour les cyclistes qui roulent de nuit. Les lumières à vélo ont deux objectifs : voir la route devant soit, mais aussi être vu et notamment des automobilistes. Bien que l’objectif soit simple, la gamme de lampes est très diversifiée et il est facile de s’y perdre. Vous trouverez ci-dessous les conseils pour choisir le type de produit qui correspond à votre pratique, budget, confort, poids et autonomie souhaités.

Quelle puissance lumineuse pour rouler la nuit à vélo ?

La puissance nécessaire pour une pratique confortable et en toute sécurité dépendra du milieu dans lequel vous roulez. Si vous faites du vélotaf en ville, la chaussée est déjà éclairée, votre besoin sera bien plus faible. À l’inverse, si vous faites de grande descente en VTT à la campagne, vous serez dans le noir absolu et votre vitesse plus élevée vous imposera d’avoir une plus grande puissance lumineuse pour rester en sécurité. Voir les éclairages disponibles chez Alltricks.

Comprendre les unités d’éclairage : Lumens et Lux

Différence entre Lux et Lumens
Source : LeCyclo.com

L’unité de mesure de la puissance lumineuse s’exprime en Lumens. On utilise également une autre unité, les Lux. Ceux-ci mesurent la luminance (l’éclairement), autrement dit, la quantité de lumière reçu par une surface. Un lux correspond à 1 lumen par mètre carré.

Pour clarifier les choses, ce tableau donne les équivalences à 1 mètre de distance, entre les Lumens et les Lux, selon la largeur (angle) du faisceau lumineux :

LumensAngleLux
10090°54
100120°32
100180°16
30090°160
300120°95
300180°48
70090°380
700120°223
700380°111
Toutes ces mesures en Lux sont calculées à 1 mètre de la source lumineuse.

En effet, la puissance lumineuse d’une lampe n’est pas le seul critère à prendre en compte. La largeur du faisceau est également déterminante. Plus la lampe dispose d’un grand-angle, plus il sera possible d’appréhender les virages et les dangers, mais l’intensité sera plus faible à longue distance. À l’inverse, un faisceau étroit permet de voir loin, mais offre un moins grand confort aux intersections et dans les virages.

En résumé, on conseille les puissances suivantes :

  • En ville : 300 lumens avant / 20 lumens arrière
  • En campagne : 700 lumens avant / 50 lumens arrière

Attention, au-delà de 700 lumens, le risque d’éblouissement des autres usagers de la route peut s’avérer dangereux. Les puissances élevées ne sont à utiliser que lorsque vous êtes seul sur la route, ou sur des chemins coupés de toute circulation.

L’autonomie des lumières

Une lampe de vélo puissante permet de rouler en sécurité. On souhaite donc souvent rouler avec la puissance la plus élevée possible. Or, plus la puissance est élevée, plus les besoins en énergie sont élevés. Une lampe tient généralement deux fois moins longtemps quand elle éclaire deux fois plus fort.

quel éclairage pour rouler en vélo la nuit
Source : Cycling Weekly

Pour optimiser votre éclairage, il faut parfois prendre une lampe plus puissante, que l’on utilisera à mi-puissance. Les différents modes proposés sont souvent : max, 50%, 25%, flash, éco. Par exemple, si vous souhaitez rouler 3h à 500 lumens, le meilleur choix pourrait être une lampe qui développe 1000 lumens pendant 1h30 comme la Lezyne 1000XL.

L’autonomie dépendra surtout de votre mode d’alimentation électrique. Pour cela, il y a plusieurs options que nous allons étudier dans le paragraphe suivant. Voir la gamme Alltricks.

Dynamo ou batterie : quelle source d’alimentation ?

L’éclairage par lampes à batterie

Il y a deux types de lampes à batterie. Les premières disposent d’une batterie interne (lithium ou à piles). La puissance de la batterie est exprimée en mAh et souvent convertie en heure d’autonomie par mode. Le second type de lampe à batterie fonctionne sur des batteries externes, via une alimentation USB. On utilise dans ce cas-là des Powerbank pour apporter l’énergie nécessaire à la lampe pour fonctionner. Celle-ci sera placée dans une sacoche de cadre ou de guidon, type Apidura ou autre.

Pour choisir une excellente batterie externe, on vous conseille la Anker PowerCore 20,000 mAh. Pour seulement 30€ à l’achat, elle permet de recharger entre 5 et 7 fois un smartphone. Vous pouvez ainsi compter plusieurs jours d’autonomie électrique grâce à ce type de powerbank.

Avantages :

  • flexibilité : peut servir sur tous les vélos
  • prix : moins onéreux qu’une roue dynamo

Inconvénients :

  • autonomie : limitée dans le temps

Les systèmes de moyeu dynamo

Moyeu Dynamo SON

Le système de moyeu dynamo génère de l’électricité grâce à la rotation de la roue avant. Cette création d’énergie se traduit par une légère perte de la puissance produite par le cycliste (entre 1 et 10 watts). Elle permet cependant de fournir un courant de faible intensité, mais permanent tant que le vélo roule à une certaine vitesse (généralement supérieur à 15 km/h). Ce courant permet soit de recharger une batterie tampon qui permettra ensuite d’alimenter une lampe, un téléphone, un GPS ou autre, soit la lampe est directement alimentée par le moyeu dynamo. C’est l’option favorite des cyclo-voyageurs et des adeptes de la très longue-distance. Les références du domaine sont notamment les moyeux dynamo SON et les lampes Busch & Müller ou Supernova.

Avantages :

  • autonomie : totale
  • sert aussi pour charger le téléphone, le GPS, etc.

Inconvénients :

  • prix : nécessite d’acheter une roue spécifique (vs batterie à 30€)
  • poids : roue avant plus lourde
  • puissance : perte de quelques watts
  • flexibilité : peu interchangeable entre les vélos

Les autres systèmes d’alimentation

Dans une moindre mesure, on trouve également sur le marché des dynamos qui fonctionnent sur le pneu du vélo. Ce système très utilisé le siècle dernier est désormais très rare. Il possède l’avantage d’être plus léger, mais offre une fiabilité bien inférieure au moyeu dynamo.

En fin, certains éclairages fonctionnent grâce à un système électromagnétique. Des aimants placés sur la roue, en passant près des capteurs magnétiques placés sur les haubans, vont générer un clignotement à chaque tour de roue. Ce système d’éclairage a l’avantage d’avoir une autonomie infinie, mais produit un éclairage d’une puissance très faible.

En conclusion : batterie ou dynamo ?

En conclusion, les cyclotouristes au long cours privilégieront le moyeu dynamo car il offre une autonomie inégalée. Les citadins iront généralement sur des moyeux dynamos ou des dynamos sur pneu pour leur praticité. Enfin, les cyclosportifs opteront pour les lampes à batterie. Pour les bikepackers, le dilemme est plus important entre batterie et dynamo. En général, on privilégie les batteries pour moins de 5 jours et le moyeu dynamo pour des épreuves au-delà d’une semaine.

Où fixer ses lampes de vélo ?

Où placer sa lampe de vélo avant ?

La lampe avant doit être positionnée pour vous donner la meilleure visibilité possible. Vous pouvez la placer sur :

  • le cintre
  • le support de GPS
  • votre fourche
  • votre front
  • un support de casque.

Où positionner son éclairage de vélo arrière ?

La lampe arrière, de couleur rouge, doit être visible des automobilistes qui arrivent derrière vous. Pour cela, placez-la sur :

  • la tige de selle
  • derrière votre selle
  • votre porte-bagage arrière
  • les haubans arrière du cadre
  • à l’arrière du casque

On notera que pour l’éclairage avant comme pour la lampe arrière, il est possible de les fixer sur la tête (frontale ou support de casque). Cela présente l’avantage d’orienter le faisceau lumineux où l’on souhaite regarder. À l’inverse, une lampe fixée sur le vélo éclaire toujours en face, même quand il faut tourner à 90°, mais permet d’éviter la fatigue et la gêne de “porter” la lampe sur la tête.

Quelles astuces de sécurité pour être vu de nuit à vélo ?

L’importance de la lumière arrière pour être vu

Une lampe arrière clignotante permet d’être vue de loin, tandis qu’une lampe fixe permet au véhicule qui vous suit d’estimer la distance qui vous sépare. Cependant, il est important de ne pas tout miser les lampes pour être vu.

La tenue et les réflecteurs sont tout aussi importants que les lampes

Votre tenue est tout aussi importante que vos lampes ! Privilégiez les tenues réfléchissantes et de couleur claire. De nouvelles matières ont été développées ces dernières années et permettent d’avoir des vêtement très réfléchissant la nuit sans pour autant manquer de style de jour (exemple ici).

De plus, les réflecteurs sont à positionner sur les roues et les pédales pour être visible de loin. Les réflecteurs à placer sur les rayons offrent une visibilité à près de 360° (à voir ici).

Les marques de lampes et produits recommandés

L’autonomie est donnée à pleine puissance. Comptez une autonomie environ deux fois plus longue à 50% de la puissance maximale.

Lezyne


1300 lumens
2h30 d’autonomie
210 gr


600 lumens
1h d’autonomie
97 gr


500 lumens
1h d’autonomie
84 gr

Ravemen


1600 lumens
1h20 d’autonomie
220 gr


1200 lumens
2h d’autonomie
213 gr


500 lumens
1h40 d’autonomie
92 gr

Knog


1000 lumens
1h40 d’autonomie
230 gr


600 lumens
1h40 d’autonomie
125 gr


450 lumens
2h d’autonomie
115 gr

Olight


1500 lumens
1h40 d’autonomie
172 gr


400 lumens
1h40 d’autonomie
85 gr


120 lumens
1h30 d’autonomie
26 gr


Abonnez-vous à la newsletter pour rester informé des actualités